Impros et mise en place

Le travail continue, et ça y est, nous commençons à quitter la table.

Certaines scènes, plus techniques, nous demandent de faire d’abord le placement, texte à la main. Cela bougera dans le temps c’est sûr, mais l’objectif est de clarifier l’espace, de ne pas être brouillons pour pouvoir ensuite entrer plus librement dans le jeu.

Pour d’autres, nous entrons dans un travail d’improvisation. Il s’agit ici de créer les liens entre les personnages, de trouver comment ils vivent ensemble au quotidien, comment ils se parlent, comment ils cohabitent. Nous avons affaire à trois colocataires, nous devons explorer les situations du quotidien qu’ils vivent pour trouver les gestes, les phrases toutes faites, les automatismes qui se créent forcément dans ces cas-là. Tout ce matériau nous servira lorsque nous retournerons au texte, pour lui donner cette quotidienneté et cette authenticité dans les relations entre Béatrice, Arnold et Dimitri. L’impro nous permet découvrir d’autres choses, d’approfondir ensemble leur histoire.

Un travail de recherche passionnant.