Boléro de Ravel par la compagnie Chrysalide – Avignon 2015

Un homme, seul. Et des spirales.

Quel rapport entre des spirales et le Boléro de Ravel ? Entre des spirales, le Boléro et un poème de Baudelaire ?

Maurin Bretagne et sa compagne nous donnent à voir un beau spectacle, plein de poésie, donc, de sens, de danse.

La chorégraphie, mêlant hip hop et dans contemporaine, est magnifique. Prenante. Cette spirale, ascendante, positive, vers le haut et la vie, ou bien descendante, dépressive, vers la chute. L’homme-danseur essaie de se détacher de ses fers au sol, pour s’envoler, tournoyer, courir, s’élever, mais le sol et ses fers le rappèlent régulièrement et le clouent au sol.

Seul bémol à ce moment magique : la salle est toute petite et on peut être trèstrès mal placé. Mieux vaut arriver à l’avance. Maurin Bretagne et son Boléro mériteraient un plus grand plateau.